Abonnez-vous à notre Blog

Le guide du conseil indépendant

Catégorie :
Date de publication :
octobre 22, 2021
Temps de lecture :
14 minutes
Lynn
Lynn tire ses opinions et ses connaissances du monde des affaires de sa longue expérience de consultante en management ainsi que des ses rôles d'épouse, de mère et de grand-mère.

Cet article a été créé pour servir de recueil stratégique afin de naviguer dans les eaux parfois difficiles pour devenir un consultant indépendant et créer votre propre entreprise en tant que consultant en management ou expert du digital.

Un article seul peut ne pas fournir des tactiques approfondies pour chaque étape du chemin. Heureusement, il existe de multiples autres articles dans la section blog de Consultport, et je vous fournirai des liens pour que vous puissiez obtenir des informations plus approfondies. Vous pouvez également vous abonner au blog afin de rester à jour sur les sujets qui intéressent les consultants et les entreprises.

Vous avez vos raisons de vouloir devenir freelance. Les plus typiques sont de vouloir être votre propre patron, de travailler sur des projets qui vous intéressent, d’avoir la possibilité d’un revenu illimité et d’un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Mais quelles que soient vos circonstances, on retrouvera toujours certaines grandes idées communes à ce départ dans l’aventure freelance :

  • Comment commencer
  • Comment obtenir du travail
  • Comment se faire payer
  • Comment grandir et devenir meilleur

Et comme le dit l’auteur Jim Butcher : « On ne peut pas tout prévoir, sinon, on ne commence jamais. »

Commencer

L’avantage d’être un consultant indépendant est que vous êtes le patron. Cela signifie également que vous devez vous assurer que tous les aspects de votre entreprise sont couverts. Il se peut qu’il y ait plus d’éléments que vous n’ayez prévus :

  • Enregistrement légal de votre entreprise
  • Mise en place d’un espace de travail
  • Marketing
  • Démarchage
  • Livraison et contrôle qualité
  • Comptabilité, facturation, taxes et avantages sociaux.

Il n’est pas rare de ne pas être à la hauteur.

« On ne peut pas tout prévoir, sinon on ne commence jamais. » Jim Butcher, auteur

Mettre en place un système de gestion de projet

La réponse est de gérer votre activité de freelance comme vous le feriez pour tout autre projet important. Ayez un système approprié et surveillez les activités, les dates et les délais. Cela peut être aussi simple que d’utiliser Google Sheets ou les versions gratuites de ClickUp, Trello ou Wrike. Ce qui est important, c’est que vous soyez aussi systématique dans votre activité que dans les projets de vos clients.

Gérer les attentes

Au début, il est tentant de travailler gratuitement ou presque gratuitement pour s’introduire dans le marché. C’est parfois le seul moyen, mais assurez-vous que chacun connaisse la raison de vos frais si bas et sache quand cela changera.

meilleurs consultants en management, Le guide du conseil indépendant

Faites attention à la dérive de projet ! La dérive se produit lorsqu’on vous demande de livrer plus que ce pour quoi vous avez été contracté. Soyez clair sur les livrables, toujours par écrit. Soyez à l’affût des clients qui demandent des faveurs ou téléphonent pour vous prendre la tête. Protégez-vous de vous-même. Parfois, c’est vous qui fixez des normes bien supérieures à ce qui est requis. Peut-être que cela vous satisfait, mais le client ne le remarquera probablement pas et ne paiera certainement pas pour ces extras.

Obtenir du travail

Lorsque j’ai décidé de devenir freelance, mon ancien employeur est devenu mon premier client fixe. Si vous n’avez pas cet avantage, préparez-vous à passer la plupart de votre temps à vous vendre et à chercher des projets. C’est pourquoi il est essentiel d’avoir un peu de marge de manœuvre lorsque vous vous lancez, vous avez besoin d’une réserve de trésorerie suffisante pour couvrir quelques mois sans revenu.

La règle générale est que même une fois établi, vous devriez consacrer 50 % de votre temps au marketing, mais préparez-vous à ce que ce soit plus au début.



Identifiez votre niche de marché et construisez une marque

L’une de vos premières tâches sera de décider quels sont vos intérêts et vos talents et quel marché de niche vous allez cibler. Vous ne serez peut-être pas un expert lorsque vous commencerez, même si vous devrez rapidement améliorer vos compétences, mais vous devrez faire preuve de lucidité dans l’évaluation du marché. Vous pouvez avoir une excellente idée et un ensemble de compétences, mais elles n’ont aucune importance si personne n’est prêt à payer pour elles.

Certaines personnes pourraient être prêtes à payer pour ce que vous proposez, si seulement elles en avaient connaissance. Donc, se faire connaître en construisant une marque personnelle et en marketant de façon active votre activité de conseil sont des étapes importantes pour démarrer. Vous pouvez trouver plus d’informations sur la façon de procéder en suivant nos liens. En résumé, les étapes impliquent l’identification de votre objectif et de votre proposition de valeur unique, puis le développement du matériel de marketing tel que les logos, les canaux de médias sociaux et un message cohérent sur qui vous êtes et ce que vous faites.

La bonne nouvelle est que les plateformes de conseil en ligne font une grande partie de ce travail pour vous. C’est un moyen plus simple pour vous d’être visible ; les clients peuvent facilement vous trouver et engager vos services ; certaines plateformes (comme Consultport) mettent même activement votre nom en avant auprès de clients potentiels s’ils estiment que vous avez les compétences appropriées.



Networking : restez en contact avec les autres

Le networking est un élément essentiel pour se faire connaître. Il fera partie de votre stratégie de marketing actif, mais c’est plus que cela. Les consultants indépendants sont souvent assez solitaires. Restez donc en contact avec d’anciens collègues et rejoignez des communautés de freelances, vous les trouverez sur des plateformes telles que LinkedIn.

Un moyen puissant de se constituer un réseau est de s’inscrire sur une plateforme de consulting en ligne pour les freelances. Vous n’êtes pas seul, et vous avez la réputation de la plateforme pour vous soutenir. Ils font le marketing et trouvent des projets qui correspondent à votre base de compétences. Elles publient les commentaires de vos clients et vous aident à accroître votre visibilité et votre portfolio. Certaines s’occupent même de toute la paperasserie, notamment de la mise en place des contrats de freelance et de la facturation.



Se faire payer

L’un des principaux attraits de devenir freelance est la possibilité de gagner plus d’argent. Cependant, les inconvénients sont l’incertitude sur les prix et l’idée même que vous ne soyez pas payé. Vous recherchez peut-être un équilibre entre vie professionnelle et vie privée, mais vous ne serez pas payé pour tout le temps où vous ne travaillez pas.



Fixez vos honoraires de consultant

Une des difficultés pour se lancer est de reconnaître que son expertise est une marchandise à vendre, de savoir ce qu’elle vaut et de trouver comment la tarifer. Fixer un tarif de conseil est délicat au départ.

Certaines des approches que vous pouvez adopter sont les suivantes :

Tarification cost-plus

Vous pouvez déterminer combien il vous en coûtera pour accomplir une tâche, puis y ajouter une marge bénéficiaire. Cela peut être plus applicable à ceux qui vendent des biens que des services basés sur le temps. Si vous choisissez cette méthode, n’oubliez pas d’ajuster vos honoraires de conseil à mesure que vous devenez plus compétent.

Prix du marché

Prévoir les prix en fonction des tarifs du marché signifie savoir ce que les autres facturent pour des services similaires. Si vous êtes associé à une plateforme de conseil en ligne, cette tâche peut être plus facile car les tarifs des autres consultants sont visibles. Vous pouvez également distinguer les tarifs des nouveaux arrivants (comme vous) par rapport à ceux des acteurs plus établis.

Prix basé sur la valeur

Vous pourriez décider de fixer vos honoraires de conseil en fonction de ce que vous pensez que votre travail vaut. Je me souviens avoir pris comme base le montant que je touchais dans mon emploi en entreprise et avoir ajouté un supplément pour les périodes d’inactivité prévues. C’était un peu naïf, et j’ai sérieusement sous-évalué mon temps, mais c’était un début.

Quelle que soit la méthode que vous choisissez, n’oubliez pas que votre vision de ce que vous valez doit être étayée par ce qu’un client est prêt à payer.



Faire payer vos factures

Même si vous avez fixé votre prix correctement et que vous avez décroché et livré un projet, ce n’est pas une garantie que vous serez payé. J'ai exposé les difficultés dans un article précédent à l'intention des nouveaux consultants freelance :

  • Vous avez commencé à travailler sans un bon de commande formel, et le service comptable ne veut pas payer sans cela.
  • Vous n'avez pas précisé les étapes intermédiaires de livraison, il est donc difficile de soumettre les factures au fur et à mesure.
  • Votre facture est retardée par l’incompétence du client, des systèmes chaotiques ou des problèmes de trésorerie.

Certaines mesures que vous pouvez prendre sont :

  • Soyez clair sur les critères de paiement. N’attendez pas le client. Proposez des étapes et des conditions, pour chaque projet et par écrit.
  • Veillez à comprendre et à respecter le processus de paiement du client, de la soumission de la facture au paiement final.
  • Soyez aimable avec les personnes dans le pipeline de paiement. Ce n’est peut-être pas juste, mais ils peuvent mettre votre facture en attente si vous êtes désagréable et exigeant.
  • Dites non. Ne commencez pas sans le contrat. Arrêtez le travail s’ils ne paient pas. Je sais que cela peut sembler faire du tort à votre client, mais vous n’êtes pas un bénévole.
  • Tirez parti de la puissance des plateformes de conseil en freelance, surtout si elles disposent de systèmes de séquestre. Elles se battront en votre nom si vous avez des problèmes avec un client.


Grandir et s’améliorer

Vous êtes peut-être un professionnel chevronné ayant un long passé dans une grande entreprise ou une société de conseil et vous avez décidé de vous lancer en tant que consultant indépendant. Ou bien vous êtes fraîchement sorti de l’école ou de l’université et vous voulez devenir freelance.

Dans les deux cas, mon conseil sera le même : ayez un état d’esprit d’abondance. Il y en a assez pour tout le monde. Aussi contre-intuitif que cela puisse paraître au début, plus vous partagez vos connaissances, et même vos leads, plus votre propre entreprise sera performante et prospère.

Apprenez quand demander de l’aide et quand aider les autres. Parfois, vous avez besoin de conseils sur la façon d’aborder le problème d’un client. Ou bien vous vous êtes heurté à un mur et vos propositions sont rejetées les unes après les autres. Vous avez peut-être besoin d’aide en matière de marketing ou pour mettre en place votre système de facturation. Il y a toujours quelqu’un qui sait quoi faire, ou du moins qui vous écoutera. Et, parfois, c’est vous qui pouvez donner un coup de main et partager vos connaissances.



Comment monter un business de conseil indépendant

Cet article a donné mon point de vue sur certains des aspects pratiques de votre stratégie en tant que consultant indépendant. Il a abordé certains des aspects pratiques pour se lancer, se faire connaître et être payé. Il a abordé la réflexion qui aidera votre entreprise à se développer, en particulier la nécessité de faire preuve d’un état d’esprit d’abondance.

J’ai tout au long de l’article pointé du doigt la puissance des plateformes de conseil en ligne. Lorsque j’ai décidé de devenir freelance, cela n’existait pas. Si ça avait été le cas, j’en aurais immédiatement fait parti.

Devenir freelance et s’installer en tant que consultant indépendant peut être incroyablement gratifiant. En suivant certains de mes conseils, j’espère pour vous que cela sera plus facile à appréhender.